Loretta Rossi, « Figures du dedans » (2013)

L’irréalité que Loretta Rossi nous donne à voir peut être interprétée comme une métaphore du monde où nous vivons, que se disputeraient les illusions, les vanités, le dérisoire.

Hommes ou femmes, ou homme-femme, ces « figures du dedans » se meuvent dans un univers d’ambiguïté : enchantement/stupeur, angoisse/légèreté, extase/douleur, énergie/langueur…

Au plan formel aussi, la dualité s’impose : figuration/abstraction, avec la ligne du dessin (encre et feutre) et la tache ou le flou du peindre (vinylique).

> Voir l’ensemble de la serie