Loretta Rossi, « Dionysisme » (2006 – 2008)

Quels interprétations et fantasmes peut-il encore susciter le personnage de Dionysos ? Ses multiples facettes peuvent trouver les plus étranges résonances en chacun de nous, aujourd’hui comme hier.

« Mon dionysisme à moi, dit Loretta Rossi », se caractérise avant tout l’énergie : énergie de l’être, chaos engendrant Eros, danse-transe. Il m’impose des figures et des signes enlacés, engloutis et émergents, luttant dans un espace sans limites. Dionysisme, c’est aussi ce qui est au commencement, l’indéfini, le primitif, l’orgiaque. C’est enfin la naissance de la tragédie, de la farce aussi. »

> Voir l’ensemble de la serie